Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/05/2017

Le saviez-vous !

 

 

« Un individu conscient et debout est plus dangereux pour le pouvoir que dix mille individus endormis et soumis » MAHATMA GANDHI

 

Samedi 13 mai un Forum des métiers a eu lieu aux Mages. Nous ne pouvons, évidemment, que nous en féliciter, mais une fois de plus, malheureusement, l'amateurisme a prévalu. Figurez vous qu'aucune entreprise mageoise n'a été conviée à participer à cette initiative. Si j’interviens aujourd'hui c’est que comme à l’accoutumée cette opération s'est effectuée dans une totale OPACITE. Quid de la publicité qui aurait dû entourer un tel événement, seuls les lecteurs de la presse étaient informés. Pour une fois qu'une initiative heureuse était programmée, les AMATEURS n'ont pas su lui donner l'ampleur et le succès qu'elle méritait.

Afin de ne pas être associé à cette déplorable organisation je signale à mes lecteurs ma totale non implication dans la mise en place de cette opération.

Ce jour là, bien évidemment, je suis allé faire mon tour sur place, et à ma stupéfaction peu d'entreprises Mageoises étaient représentées. Pour rappel, Les Mages comptent 174 entreprises. Où étaient les autres ? Pour qu'elles participent il aurait tout simplement fallu qu'elles y soient invitées, n'est-ce-pas M. ORLANDINI. Le but non avoué de cette opération n'était-il pas de mettre sous les projecteurs, en pleine lumière, M. Orlandini, de façon à l'imposer dans le nouveau paysage politique Mageois. Mais le constat n'est pas brillant, c'est ce qui vient d'être démontré en direct.

Quelques indiscrétions, maintenant, si vous le voulez bien. Un tel forum des métiers avait déjà été organisé dans certaines communes du Grand-agglo, et de fait, M Orlandini a purement et simplement fait un de copier-coller de l'organisation mise en place ailleurs par ses collègues. Une fois de plus nous voyons qu'une copie ne vaut jamais un original.

Je vais encore être traité de tous les noms, mais pourtant je ne crée pas l'évènement, je le vois et j'en fais part. Là s'arrête mon rôle de lanceur d'alerte.

Pour vous convaincre de la véracité de mes propos, demandez-leur

  • De vous fournir la liste des 50 participants 
  • De vous communiquer la liste des entreprises Mageoises qui ont été conviées 
  • Comment la population mageoise a été conviée à y participer 

En résumé, la municipalité a tenté un coup de communication afin de redorer son blason mis à mal par le manque de transparence sur les finances de la commune, par l'insuffisance de la sécurité autour de l’école et l'aggravation des incivilités dans notre village. Mais un coup de com raté peut parfois avoir un effet dévastateur.

Je vais certainement encore m’attirer les foudres de la majorité, mais voilà j’ai une preuve IRREFUTABLE, ci-dessous une vidéo de la réalité.

 




Quelques chiffres par ailleurs concernant notre commune, chiffres issus d'une source gouvernementale (source officielle data Gouv ) qui vont vous éclairer, si besoin en est, sur la bonne santé administrative de notre commune.

-Taux de chômage aux Mages : en 2008, 12,50%    en 2017 16,00%

La France compte actuellement 35 416 communes

-Ville ayant le taux de chômage le plus élevé classé 2 106e

-Ville comptant le plus grand nombre de chômeurs classé 3 869e

Je pense que pour dynamiser un village, les entreprises et la population doivent tous y être conviés. C'est ensemble que les batailles se gagnent.

 

Patrick MANCA

Conseiller municipal constructif

 

 

 

 

 

 

 

27/04/2017

INFORMATION : GARD Abus des appels d’urgence : les pompiers alertent les citoyens

conseiller municipal patrick manca 30960 les mages

A faire suivre !!!

 

Face à la recrudescence d'appels d'urgence, les sapeurs-pompiers sensibilisent les gardois sur l'importance de ne pas abuser des numéros 18 et 112.

Les sapeurs-pompiers répondent 24h/24 aux demandes de secours de la population. Ainsi, en 2016, ce sont ainsi plus de 190 000 appels de secours reçus au centre de traitement de l’alerte, soit un appel toutes les deux minutes et 45 secondes. 55 400 missions ont été effectuées sur l’ensemble du territoire gardois. Depuis quelques années, ce nombre d’appels reçus augmente régulièrement, pour le secours à personnes en général, pour l’assistance aux personnes en particulier : la notion de secours n’ayant pas la même signification pour l’ensemble des citoyens.

A travers quelques visuels simples et clairs, les pompiers souhaitent sensibiliser les gardois sur l'usage des numéros d’urgence 18/112. Le citoyen est le premier acteur de sa sécurité. L’appel aux sapeurs-pompiers pour des situations non urgentes ne doit pas être systématique. L’urgence se caractérise en particulier par la notion de danger immédiat auquel doit faire face la victime ainsi que par le risque d’aggravation rapide de la situation si aucune action n’est menée. Mobiliser les sapeurs-pompiers sur une situation pour laquelle l’urgence n’est pas avérée diminue la disponibilité des secours et peut engendrer du retard dans leur engagement par ailleurs.

L’arrivée aux services d’urgences avec une ambulance des sapeurs-pompiers ne rend pas la prise en charge plus rapide, les priorités étant déterminées par l’état de la victime. Une personne blessée ou malade, sans notion d’urgence, peut attendre ou être accompagnée à l’hôpital sans nécessairement faire appel à une ambulance des pompiers.

 

thumbnail_Fiche-Com-urgence-4-e1492249151141-800x433.jpg

20/04/2017

INFORMATION : ALÈS AGGLO Le budget 2017 voté à l’unanimité

conseiller municipal patrick manca 30960 les mages

Vote du budget de l'Agglo. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Le budget primitif 2017 d’Alès Agglomération était à l’ordre du jour, hier soir, en conseil de communauté. Il a été voté à l’unanimité, avec trois abstentions, et sans augmentation d’impôts.

Une dizaine de jour après le vote, à l’unanimité, du budget de la ville, le duo Roustan-Rivenq a réitéré cette performance à l’Agglomération. Si trois élus d’opposition se sont abstenus – Lucile Pialat, Nordine Sekarna et Philippe Roux – l’ensemble des élus communautaires a levé la main en faveur d’un budget de 125 millions d’euros pour l’année. Un budget « sincère et équilibré », selon le président Max Roustan, mais aussi « l’un des plus contraints depuis de nombreux mandats ».

Avec la fusion, en début d’année, d’Alès Agglo avec les communautés de communes Vivre en Cévennes, Hautes-Cévennes et Pays Grand’Combien, il a fallu réunir quatre budgets en un seul. « Les ponctions financières réalisées par l’État n’ont pas facilité la tâche, déplore Max Roustan, mais nous avons fait en sorte de respecter le service public rendu sans augmenter les impôts. C’est le fruit d’un travail fructueux qui prouve que nous sommes, à 73 communes, un territoire de solidarité ».

Patrick Malavieille, maire communiste de La Grand’Combe, est le premier à réagir. L’élu félicite le « travail immense réalisé » et souligne l’importance de faire ces choix « en dehors des jeux politiques classiques et désuets ». Une fois n’est pas coutume, l’éternel opposant Jean-Michel Perret apporte « sa solidarité » à l’Agglo « en constatant les avancées significatives » sur sa commune, Saint-Hilaire-de-Brethmas, suite à l’abandon du projet de golf. Sylvain André, maire communiste de Cendras, salue à son tour « la décision collective de ne pas hausser les impôts ».

Mais pour l’élue d’opposition Lucile Pialat ce budget n’est pas suffisamment parfait pour l’approuver : « Toutes les pistes n’ont pas été exploitées jusqu’au bout. Si ça avait été le cas, il n’y aurait pas eu de réduction de la dotation de solidarité communautaire ». L’adjointe au maire de Saint-Martin-de-Valgalgues et son collègue Nordine Sekarna prennent donc la décision de s’abstenir. Ce ne sera pas le cas de Serge Bord, maire de Saint-Julien-les-Rosiers, qui donne son aval mais anticipe déjà 2018 : « Cette année, nous sommes d’accord pour dire qu’il s’agit d’un budget de transition qui doit faire appel à notre compréhension. Mais je souhaite, pour 2018, participer bien en amont à son élaboration ». Au moment du vote, quasiment toutes les mains se levaient pour brandir le carton bleu et sa mention « Pour ».

Élodie Boschet