Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/02/2018

Conseil municipal lundi 12 février 2018

Élu par le peuple, l’élu doit avoir ce courage de dire les choses face au peuple, et le peuple doit avoir cette audace de l’exiger

  

conseiller municipal patrick manca 30960 les mages

La  gestion en bon père de famille mise à mal, une fois de plus.

Nous sommes gérés par des hommes et des femmes sourds et aveugles. Ils se battent contre l'évidence, contre les faits, contre le sens commun. Ils se cachent derrière leur idéologie d’autocratie pour ne pas voir la réalité.

Mon Intervention fut noyée comme à l’accoutumée

Petit préambule (la vidéo ci-jointe corrobore mes dires)

En préambule au conseil municipal, j'ai déclaré: " Si la majorité augmente le taux des Taxes (énumérées  ci-dessous) je voterai contre ", déclaration qui, une fois de plus, n'a pas été retranscrite dans le PV et presse, mais, connaissant mes acolytes, j'ai filmé la séance et l'image est là pour témoigner des faits; de plus, refusant de signer les PV.  

J'ai donc voté pour que les taxes soient figées, c'est à dire

Taxe d’Habitation  5.83%

Taxe Foncière Bâtiment  4.67%

Taxe Foncière Non Bâti   40.08%

Concernant les autres budgets  j’ai voté CONTRE. Il ne s’agit pas, pour ce qui me concerne, d’un vote de principe, mais d'un vote basé sur l’observation de l'évolution du budget de ces dernières années et sur le rejet quasi systématique de mes propositions par le Maire et sa majorité. Je ne peux, en toute conscience approuver une gestion municipale à ce point calamiteuse, gestion pourtant défendue par la majorité, qui aboutit, qu'on le veuille ou non, au constat suivant: les caisses sont vides.

Je cite (voir vidéo) nous n’avons pas l’argent (soit 80 000€) pour refaire le toit de la mairie ni pour changer les 3 fenêtres, idem pour les 3 fenêtres de l’école, achetons donc des bottes pour le personnel travaillant à la mairie. Pour ce qui est de l’école, il suffit de mettre en application la loi autorisant les mairies à récupérer auprès d'autres communes le dédommagement des frais de scolarisation des élèves issus de ces communes. Les deniers ainsi récupérés, soit environ 15 000€/an, serviraient à faire des travaux au sein du groupe scolaire, ce qui allègerait de fait la charge du budget des Mages.

Arrêtez donc de vous lamenter et de vous retrancher derrière la baisse des dotations de l'état. Un "bon père de famille" ne baisse pas les bras à la moindre difficulté, il se bat pour trouver des solutions. Gérer un budget en période d'opulence est à la portée de tout un chacun, mais n'oublions pas que c'est dans l'adversité que l'on grandit.

Qui déclare ouvertement "nous serons probablement obligés d’emprunter 103 791€ pour équilibrer les  comptes  (ligne n°6 EMPRUNTS ET DETTES ASSIMILEESEmprunt-équilbre-compte.jpg ? Je vous le donne en mille: les mêmes, toujours les mêmes. Ils n'ont pas compris que les emprunts devront être remboursés un jour ou l'autre. Mais qui vivra, verra, n'est-ce pas. Si ce n'est pas toi, ce sera tes enfants (qui rembourseront).

Pourquoi par exemple approvisionner la case 6226  "honoraires ",Frais-Avocat.jpg qui permet de régler les frais d’avocat, si l’on n’a rien à se reprocher, puisque tout va bien dans ce "village où il fait si bon vivre" ? Cherchez l’erreur. Les frais d'honoraires étaient de 500€ en 2014, de 3000€ en 2015, de  3500€ en 2016, de 6250€ en 2017, de 6500€ en 2018. Dépenses totales 19 750€, et ceci  depuis ma prise de fonction. Bizarre vous avez dit bizarre comme c’est bizarre. Ne vaudrait-il pas mieux réfléchir avant de faire des bêtises, cela épargnerait bien des frais stériles ? 36 ans de règne absolu à la tête de la commune et l'on continue de faire des erreurs de débutant, quel amateurisme!

Autre exemple entendu au conseil "nous n’aurons pas la subvention de 36 000€ de la région  concernant la 2ème tranche du cheminement  doux, car nous n’avons pas démarré le chantier à temps".

"Faut-il pleurer, faut-il en rire" dirait Jean Ferrat.

Preuve Lien tableau comptes officiels mairie :

Le maire est fier d'avoir "un budget en équilibre, ce qui prouve la bonne santé de la commune", dit-il. Ce qui prouve en plus qu'il n'a rien compris, car un budget de collectivité publique est forcément équilibré. Par définition, les dépenses doivent être égales aux recettes. C'est le B.A.BA, monsieur le maire. Même les communes en faillite financière ou sous tutelle ont un budget équilibré.

Extrait

Qu’appelle-t-on l’équilibre réel des budgets locaux ?

 « En outre, le principe de sincérité budgétaire impose de ne pas majorer artificiellement une recette et ne pas minimiser artificiellement une dépense pour équilibrer le budget…« Contrairement à l’État, les collectivités adoptent – et en théorie exécutent – des budgets en équilibre. Cela veut dire, concrètement, que leurs budgets ne présentent pas de déficit, car l’emprunt y apparaît explicitement comme une recette…Au niveau local, on procède à une budgétisation de l’emprunt, lequel sert donc, quand il est utile et possible, de variable d’ajustement afin d’équilibrer le budget. Aussi, bien qu’usant de stratégies d’écriture fort différentes, les collectivités territoriales sont, tout comme l’État, susceptibles de s’endetter – même parfois lourdement – bien que leurs budgets soient obligatoirement en équilibre…En outre, le principe de sincérité budgétaire impose de ne pas majorer artificiellement une recette et ne pas minimiser artificiellement une dépense pour équilibrer le budget... »

Le maire a aussi sorti de sa manche un "témoin-surprise" qui a expliqué qu'il connaissait des communes en plus mauvaise situation financière que les Mages. Un vrai scoop, qui confirme que la formule de Talleyrand a beaucoup d'avenir : "Quand je me contemple, je m’inquiète, quand je me compare, je me rassure". Reste à savoir avec qui on se compare ! 

Après lecture de nombreux chiffres souvent rébarbatifs, comme c'est souvent le cas à la lecture d'un budget,  et des explications d'ordre technique, il apparaît une réalité de gestion révélant d’énormes failles.

Certes, monsieur le maire, votre slogan sur la taxe d’habitation la plus basse vous honore, mais les finances locales, le devenir d’une ville ne s’arrêtent pas uniquement à cette taxe, hélas pour les Mageois. Il y a des vérités auxquelles on ne peut échapper, et en matière de finances, les chiffres sont là, incontournables ! Certes, le taux d'imposition pour ce qui concerne la part communale n’augmente pas, mais ceci ne solutionne pas le souci de notre développement à venir.

Cessons de nous lamenter sur la perte des dotations et des subventions, dues à la politique gouvernementale. C'est un fait regrettable, évidemment. Mais cherchons des solutions alternatives. Il  y en a ailleurs. Voyons ce qui fonctionne pour nous en inspirer, mais par pitié cessons d'emprunter.

 

A suivre

 Patrick MANCA

Votre conseiller municipal



2mV53iQZQ3I


Les commentaires sont fermés.