Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/04/2016

Vers une agglo à 100 et les mages ?

 

conseiller muncipal patrick manca,conseiller muncipal patrick manca 30960 les mages,élu conseiller municipal patrick manca 30960 les mages,elu patrick manca 30960 les mages,patrick     manca 30960 les mages,30960 les mages

 

Le dossier cévenol est le plus ardu et l'accouchement va se faire dans la douleur. Sur ce territoire, le Préfet souhaite fusionner Alès Agglo, le Pays Grand'Combien, Vivre en Cévennes et Hautes Cévennes. Sur 75 communes concernées, 60 se sont déclarées contre la constitution d'une maxi-intercommunalité. Elle augmenterait les impôts selon les Alésiens, elle engendrerait la mort des petites communes selon de nombreux élus communistes. Les "pour", dont La Grand'Combe et Rousson, sont donc peu nombreux. Ils disposent néanmoins d'un atout implacable : ils ont la loi pour eux. "Si votre prédécesseur a fait cette proposition, c'est qu'elle est utile", avance Patrick Malavieille, président du Pays Grand'Combien.

De son côté, Max Roustan, président d'Alès Agglo, est ambigu sur ses positions. S'il s'est prononcé officiellement contre l'élargissement de sa collectivité, il estime qu'Alès a besoin d'exister pour créer "un rapport de force et décrocher des projets, des crédits, même si c'est trop tôt". Il justifie : "J'ai voté "non" par solidarité avec la majorité de mes maires et j'ai déposé quatre amendements respectant leur choix". Des amendements incomplets ou contradictoires rejetés les uns après les autres ce matin en commission.

Lors de l'examen du 3e amendement, qui suggère le maintien d'Alès Agglo et la fusion des trois autres communautés de communes, le maire Les Républicains s'emmêle d'ailleurs les pinceaux en voulant défendre sa position : "On a jamais évacué des communes rurales, l'agglo est un gage de moyens. Nous n'avons plus le temps, on a l'obligation de réussir". Une perche que s'empresse de saisir Ghislain Chassary, président de Vivre en Cévennes et pro-fusion : "On à la réponse, M. le Préfet, le temps, on ne l'a plus ! Et bienvenue aussi à Cèze-Cévennes si elle veut venir !»

Le silence se fait. L'agglo à 75 prend forme avec de plus en plus de certitudes, et Cèze-Cévennes, non inclue dans le schéma du Préfet, se retrouvera enclavée dans le mastodonte alésien. Certains élus ne voient pas cette issue d'un bon œil. Barjac a déjà publiquement annoncé sa volonté de rejoindre la capitale cévenole, et Olivier Martin, président de la collectivité, ouvre une brèche pour la première fois : "On a besoin de se mettre autour de la table pour voir comment on peut travailler ensemble. Il nous faut du temps pour savoir dans quelles conditions on peut s'associer. On y sera un jour, c'est une question de calendrier", précise-t-il prudemment.

La dernière réunion de la CDCI* a lieu le 21 mars. En coulisses, on avance que Cèze-Cévennes pourrait en proposer un. « *Commission départementale de coopération intercommunale. Cette commission est composée de 18 maires, 18 présidents de communautés de communes, 2 représentants de syndicats, 5 conseillers régionaux et 5 conseillers départementaux. La carte définitive sera présentée pour le 31 mars 2016, pour une application au 1er janvier 2017. »

GARD Intercommunalités : le Préfet tranche sans bouger les lignes

Ce n'est pas une surprise. Après 3 réunions en commission départementale, le Préfet du Gard vient de trancher en faveur des nouvelles frontières intercommunales proposées par son prédécesseur. A quelques rares exceptions près.

Exit Cèze-Cévennes qui a tenté une approche, en vain. Au 1er janvier 2017, la nouvelle agglomération alésienne sera constituée de 73 communes regroupant une population de 131 906 habitants. "Comme l’actuelle communauté de communes, il associera espaces urbain, péri-urbains et ruraux, tous constitutifs de l’identité cévenole. Ces territoires fortement marqués par la fermeture des houillères sont confrontés aux mêmes enjeux de reconversion économique et d’accès à des services mutualisés qui nécessitent la création d’une structure unique pour la mise en œuvre des politiques économique, sociale...d’autant que ceux-ci appartiennent au même SCOT et Pays. En termes de bassin de vie et d’emploi, la CC des Hautes Cévennes, la CC Vivre en Cévennes et la CC du Pays Grand Combien sont dans la zone d’attraction exercée par la ville d’Alès tant au niveau des déplacements domicile-travail, d’accès aux soins, au lycée et études supérieures que des loisirs. Les réseaux routier et ferré témoignent de l’orientation de ces flux".

TRAIT POUR TRAIT Fusion des agglos : les reboussiers perdent la partie

La loi NOTRe a entamé la partie sans cacher ses ambitions à son adversaire : éliminer les pions et donner les pleins pouvoirs au roi et à la dame. C'est ainsi que Leins Gardonnenque, marteau et faucille en main, n'a pas réussi à échapper à son avenir commun avec Nîmes métropole. Idem au nord du département. Les chèvres de Génolhac auront désormais l'opportunité de brouter l'herbe alésienne, même elles préfèrent largement la verdure des montagnes. Ce coup de maître est une alliance de plusieurs atouts : une réforme bien ficelée, et un système de vote bien rôdé. Sans surprise, malgré trois réunions d'élus représentatifs de la population et de multiples amendements déposés, la carte imaginée par l'ex-Préfet du Gard a bel et bien été entérinée. Il faut dire que certaines pièces maîtresses ont su protéger leurs intérêts. Sans pouvoir particulier, les pions sont donc hors-jeu, mais ont l'impression peu agréable de ne pas avoir eu leur chance. Échec et mat.

A suivre

Patrick MANCA

Conseiller municipal d’opposition

 

 



Les commentaires sont fermés.