Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/04/2017

INFORMATION : ALÈS AGGLO Le budget 2017 voté à l’unanimité

conseiller municipal patrick manca 30960 les mages

Vote du budget de l'Agglo. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Le budget primitif 2017 d’Alès Agglomération était à l’ordre du jour, hier soir, en conseil de communauté. Il a été voté à l’unanimité, avec trois abstentions, et sans augmentation d’impôts.

Une dizaine de jour après le vote, à l’unanimité, du budget de la ville, le duo Roustan-Rivenq a réitéré cette performance à l’Agglomération. Si trois élus d’opposition se sont abstenus – Lucile Pialat, Nordine Sekarna et Philippe Roux – l’ensemble des élus communautaires a levé la main en faveur d’un budget de 125 millions d’euros pour l’année. Un budget « sincère et équilibré », selon le président Max Roustan, mais aussi « l’un des plus contraints depuis de nombreux mandats ».

Avec la fusion, en début d’année, d’Alès Agglo avec les communautés de communes Vivre en Cévennes, Hautes-Cévennes et Pays Grand’Combien, il a fallu réunir quatre budgets en un seul. « Les ponctions financières réalisées par l’État n’ont pas facilité la tâche, déplore Max Roustan, mais nous avons fait en sorte de respecter le service public rendu sans augmenter les impôts. C’est le fruit d’un travail fructueux qui prouve que nous sommes, à 73 communes, un territoire de solidarité ».

Patrick Malavieille, maire communiste de La Grand’Combe, est le premier à réagir. L’élu félicite le « travail immense réalisé » et souligne l’importance de faire ces choix « en dehors des jeux politiques classiques et désuets ». Une fois n’est pas coutume, l’éternel opposant Jean-Michel Perret apporte « sa solidarité » à l’Agglo « en constatant les avancées significatives » sur sa commune, Saint-Hilaire-de-Brethmas, suite à l’abandon du projet de golf. Sylvain André, maire communiste de Cendras, salue à son tour « la décision collective de ne pas hausser les impôts ».

Mais pour l’élue d’opposition Lucile Pialat ce budget n’est pas suffisamment parfait pour l’approuver : « Toutes les pistes n’ont pas été exploitées jusqu’au bout. Si ça avait été le cas, il n’y aurait pas eu de réduction de la dotation de solidarité communautaire ». L’adjointe au maire de Saint-Martin-de-Valgalgues et son collègue Nordine Sekarna prennent donc la décision de s’abstenir. Ce ne sera pas le cas de Serge Bord, maire de Saint-Julien-les-Rosiers, qui donne son aval mais anticipe déjà 2018 : « Cette année, nous sommes d’accord pour dire qu’il s’agit d’un budget de transition qui doit faire appel à notre compréhension. Mais je souhaite, pour 2018, participer bien en amont à son élaboration ». Au moment du vote, quasiment toutes les mains se levaient pour brandir le carton bleu et sa mention « Pour ».

Élodie Boschet

 

13/04/2017

Un cas similaire : maisons en partage 30960 les mages

conseiller municipal patrick manca 30960 les mages

ST-HILAIRE-DE-BRETHMAS Favoritisme : l’ex-maire Gérard Roux condamné à 6 mois avec sursis

Eloïse Levesque 10 mars 2017 à 18:30 A la une, Politique 3 Comments Objectif-Gard

Gérard Roux, ancien maire et conseiller général. DR

Ce matin, l'ancien premier magistrat de St-Hilaire-de-Brethmas comparaissait devant le tribunal d'Alès pour atteinte à la liberté d'accès dans les marchés publics. Le procureur a requis 6 mois d'emprisonnement avec sursis, le juge l'a suivi.

En 2012, la mairie de St-Hilaire-de-Brethmas restaure un local municipal et fait appel à la société de second oeuvre de bâtiment MJM. Problème : le marché atteint 36 000 € et aucun appel d'offre n'a été lancé, contrairement à la réglementation.

Ce vendredi, au tribunal d'Alès, l'ancien édile - casier judiciaire vierge - comparait aux côtés du gérant de MJM. Très vite, le dossier fait apparaître d'autres irrégularités. "Le délit de favoritisme est évident. Ce qui me dérange, c'est votre réaction. Pour couvrir, de faux devis sont établis, ainsi que des documents faisant référence à des appels d'offres jamais diffusés. Ils sont prescrits, mais la lecture est hallucinante", fustige le procureur Nicolas Hennebelle. Et d'interroger : "Qui le décide ?"

Affaibli par un accident vasculaire cérébral récent, Gérard Roux répond avec difficultés : "J'avais demandé que ça soit fait dans les règles. Normalement, nos collaborateurs sont à nos côtés pour nous aider à prendre les bonnes décisions". Le procureur ne lâche pas, l'accusé se résout : "En dernier ressort, il semblerait..."

De l'autre côté de la barre, la ville de St-Hilaire est représentée par son nouveau maire, ex-opposant politique de Gérard Roux. Son avocat demande "le préjudice moral à l'euro symbolique, et un avenant sur le temps passé par les fonctionnaires sur ces actes délictueux, estimé à 4900 €". Une requête qui amuse les défendeurs de la partie adverse. "Gérard Roux n'a rien fait disparaître. Les petites mains, comme des rats dans les digues - ont simplement remis en forme les documents", rétorque - non sans humour - Maître Gilles.

Dans la salle d'audience, personne ne semble contester le non respect de la mise en concurrence et ses conséquences sur la liberté d'accès aux marchés publics. Pourtant, la défense ne manque pas d'arguments. "L'affaire est dévoilée par une note technique du nouveau directeur général des services qui montre que mon client découvre la situation. Les travaux ont été réalisés et suivis à la lettre par le directeur des services techniques. St Hilaire n'a pas perdu un centime, le marché a été réalisé, et le dossier ne montre aucun enrichissement personnel", poursuit François Gilles avec passion.

Le procureur a réclamé la même peine pour les deux prévenus : 6 mois de prison et 10 000 € d'amende. "C'est une violation au pénal, la cour de cassation se moque de l'intention", conclut-il. Le juge a rendu son verdict dans la foulée: 6 mois de sursis et 3 000 € d'amende, avec 5 ans d'inéligibilité pour Gérard Roux. Michel Dumas, gérant de MJM a écopé de 3 mois de sursis et 3 000 € d'amende.

 

 

 

06/04/2017

Toujours d’actualité : Histoire de la grenouille cuite ou pas cuite

ppt-histoire-de-la-grenouille-1-728.jpg

 

Ou plutôt si : « courage, réagissons ! »

Nous Nous l’avons fait et continuons « les Mages ensemble »

Bien à vous

Patrick MANCA

Conseiller municipal constructif